242017Avr

La mastopexie pour corriger la ptôse mammaire

mastopexie Le relâchement de la poitrine peut avoir diverses causes; grossesse, vieillissement, régime… La solution reste unique; la chirurgie esthétique mammaire en Tunisie. La mastopexie est l’intervention qui permet de corriger la ptôse mammaire pour restaurer des seins fermes et remontés.

Une poitrine tombante nécessite une mastopexie en Tunisie:

Le degré de la chute de la poitrine et la taille des seins déterminent la technique à suivre; avec ou sans implants mammaires. Les prothèses peuvent être remplacées par le lipofilling des seins (autogreffe des graisses) pour des résultats optimaux: des seins affermis et galbés. Si le relâchement est important le chirurgien peut décider un lifting afin d’éliminer l’excédent cutané en remontant la poitrine.

La correction de la ptôse avec des implants:

Si l’affaissement de la glande mammaire est significatif et que les seins sont hypotrophiques le chirurgien propose l’ajout des implants. Les seins et l’aréole sont remontés puis sont posées les prothèses mammaires pour garnir les seins vidés suite à l’allaitement.

La correction de poitrine tombante est associée au lipofilling mammaire:

Si la patiente désire ajouter un volume modéré aux seins, il est possible de prélever une quantité de graisse d’une autre partie du corps pour l’injecter au niveau de la poitrine. Cette technique permet aussi de corriger une dissymétrie entre les deux seins.

Associer un lifting mammaire à la correction de la ptôse:

Le relâchement de la poitrine est souvent causé par une hypertrophie mammaire. Faire monter les seins n’est pas suffisant dans ce cas et il est obligatoire de redresser la peau en éliminant les tissus cutanés en trop.

La compatibilité de la correction de ptôse mammaire avec l’allaitement:

La possibilité de l’allaitement après une mastopexie est conditionnée par l’importance de la ptôse mammaire. Si le relâchement est accentué avec la présence d’hypertrophie, le chirurgien doit détacher puis déplacer le mamelon et l’aréole pour les repositionner ce qui les débranche des canaux lactifères.